Reprise le 11 mai : une annonce, des tonnes de questions !

vendredi 1er mai 2020

Comment trouver, à tout prix, des arguments pour ouvrir les écoles ?

Alors que J.M Blanquer s’appuie sur l’exemple des pays d’Europe qui commencent, avec précaution, leur dé-confinement. Au Danemark, l’ouverture des écoles s’est déroulée dès le 15 avril. La Suisse, l’Allemagne commencent par l’ouverture des boutiques de moins de 800 mètres carrés....
Dans les pays du sud, l’Italie l’envisage dès le 4 mai ; l’Espagne y réfléchit encore avec prudence.

La France , c’est décidé, ce sera le 11 mai.

Après avoir écouté les modalités de réouverture des établissements scolaires présentées le 28 avril par le Premier Ministre et entendu l’intervention du Ministre de l’Education nationale au 20 h de TF1, le Sundep Solidaires constate que :
– les avis du Conseil scientifique ne sont pas suivis par le gouvernement.

– la priorité est l’ouverture des écoles maternelle et élémentaire pour garder les enfants des travailleurs alors que la distance entre les élèves est le plus compliqué à mettre en place.

- Les risques de contamination seront plus importants pour les familles puisque le port du masque n’est pas obligatoires.

– La réduction des inégalités est impossible depuis bien avant le confinement sans une politique volontariste et courageuse.

– le travail des enseignants sera en présentiel et à distance.

– les conditions de mise en sécurité des personnels soulevées alors du CHSCT national au Ministre de l’Education nationale le 14 avril ne sont pas remplies.

Pour le SUNDEP Solidaires, défenseur des droits des enseignants de l’enseignement privé, c’est NON.

L’enseignant ne travaillera pas double : assurer les cours en présentiel ou rester en télétravail, il faudra choisir. Et les établissements ne pourront pas imposer les deux...
En pièce jointe, voici le questionnaire à donner à vos chefs d’établissement afin que celui-ci précise la rentrée de ses personnels.
De même, vous pourrez consulter les protocoles sanitaires 1er er 2nd degrés mis en place par le ministère de l’Education Nationale.

Pour les enseignants qui veulent reprendre les cours, nous vous proposons cette démarche pour rentrer dans des conditions sanitaires optimales :

1- Avant le 11 mai, il faut demander une réunion CSE- CSSCT (commission santé, sécurité et conditions de travail) à son chef d’établissement ou une simple réunion pour les établissements qui n’ont pas de CSE, afin que celui-ci explique la mise en place de son protocole d’organisation à tous les personnels.

2- commande du matériel et des produits désinfectants : masques, savon, gel hydro alcoolique, les gestes barrières de distance entre les personnes, les plans de circulation dans l’établissement...

3- organisation des cours : tables, bureau, organisation des groupes, (5, 10, 12 ? 15 élèves maximum ; présentiel ou à distance...

4- Lorsqu’il y a un CSSCT dans l’établissement, demander la mise à jour du DUER (document unique d’évaluation des risques professionnels) obligatoire dans le cadre d’une contagion pandémique. Ceci afin d’évaluer les risques d’épidémie dans l’établissement.
« L’actualisation du document unique d’évaluation des risques prévue à l’article R. 4121-2 du code du travail est nécessaire du fait de l’épidémie actuelle liée au virus Covid-19 ».

5- Prévoir une visite des lieux pour vérifier (délégués syndicaux, CSE, CSSCT)

Nota Bene : Droit de retrait, oui, mais…

Le code du travail prévoit que le travailleur peut se retirer d’une situation de travail s’il a un motif « raisonnable » de penser qu’elle présente un « danger grave et imminent » pour sa vie ou sa santé. Dans le cas précis du coronavirus, si l’employeur ne suit pas les recommandations du gouvernement (très générales), alors, le salarié peut utiliser son droit de retrait, assure le ministère du Travail. L’administration de Muriel Pénicaud prend tout de même ses précautions en rappelant que la pertinence de l’utilisation du droit de retrait reste « sous réserve de l’appréciation souveraine des tribunaux ». À l’inverse, le salarié ne peut pas faire valoir son droit de retrait seulement si l’un de ses collègues revient d’une zone à risque ou a été en contact avec une personne contaminée.

Messages de prévention

« Chacun peut être acteur » de la lutte contre la propagation du virus, a rappelé Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé. Il serait bien que les entreprises diffusent les messages rappelant les « gestes simples mais essentiels » , dans plusieurs langues et « partout où cela est nécessaire », demande le ministre de la Santé. Se laver les mains toutes les heures, tousser dans son coude et utiliser des mouchoirs à usage unique sont les trois principaux gestes à suivre.

La polémique sur le port du masque reste très clivante...il semble que le port du masque dans les transports en commun soient indispensable.


Documents joints

PDF - 109.1 ko
PDF - 464.8 ko
PDF - 832.8 ko

Commentaires

Annonces

Clips de Solidaires

Agir maintenant !

Solidaires dans un monde de brutes

Égalité Hommes-Femmes

On lâchera rien

Ode aux manifestants